12 décembre 2007

Les Bleues, gladiatrices des Arènes

IMG_2242Motivée et combative, l’équipe de France de handball a retrouvé ses valeurs pour dominer la Norvège lors de son dernier match de poule du Mondial avant les quarts de finale. Le tout dans des Arènes de Metz surchauffées.

Mardi 11 décembre, 19h12. Les dernières notes de la Marseillaise résonnent dans les Arènes de Metz, entièrement dévolues à ses Bleues. La centaine de supporters scandinaves, de rouge et de noir vêtus, fait pâle figure face au quatre mille cinq cents Français.
Ce soir l'équipe de France, hôtesse de ces Championnats du monde de handball version 2007, affronte la Norvège, championne d'Europe l’an passé. Une rencontre symbolique – les deux formations étant qualifiées pour les quarts de finale à Bercy - entre des Bleues en quête de confiance après les éraillures angolaise et russe (défaites 29-27 et 31-21) et des Norvégiennes, favorites de la compétition. 
Montré du doigt pour une certaine apathie lors des journées précédentes, le public lorrain n'a pas le temps de s'endormir. Boostées pour cette rencontre, les handballeuses françaises asphyxient d’entrée de jeu leurs adversaires. Défense agressive devant l’explosive gardienne Valérie Nicolas, contre-attaques fulgurantes conclues par les feux follets Sirama Dembélé et Makane Tunkara : les Tricolores mènent 6-2 au bout d’un quart d’heure de jeu. Plus expérimentées, les Norvégiennes regagnent les vestiaires avec un but d’avance (10-11).


Olas, jingles musicaux, égosillements

Mi-temps. Sur le sol en Taraflex orange et bleu, trois hommes surexcités, dreadlocks attachées ou libres, enflamment les Arènes avec leur chanson, entre reggae et ska. L’un d’entre eux est speaker du match. Son rôle : chauffer la salle à coups de jingles musicaux. Olas complètes, applaudissements rythmés, égosillements (« Allez les Bleues ! Allez les Bleues ! ») se succèdent pendant soixante minutes, durée d’un match de handball. L’osmose avec le deuxième speaker, en l’occurrence une speakerine, est complète. La voix féminine et enthousiaste se charge de l’institutionnel : noms des buteurs, annonces du score, des temps-morts ou encore des suspensions temporaires de deux minutes.

IMG_2259Et le match dans tout cela ? Combatives, les lionnes françaises s’accrochent aux grandes gazelles scandinaves au collectif plus huilé en attaque. À l’image de la ravissante demi-centre Gro Hammerseng, véritable star en Norvège, pays où le handball féminin bénéficie du même standing que le football masculin en France. Mais ce soir, elle évolue à l’extérieur. La France, emmenée par sa meilleure buteuse Sophie Herbrecht et l’étoile montante de 22 ans Camille Ayglon, fait mieux que rivaliser. Elle passe en tête au tableau d’affichage. Cinquante-quatrième minute de jeu : penalty – jet de sept mètres dans le langage « handballistique » – pour les Bleues. La mythique bande originale du Bon, de la brute et du truand accompagne Myriam Borg quand elle se présente devant la gardienne. Pas intimidée, elle la prend à contre-pied. Quatre buts d’avance, le trou est fait : reste plus qu’à gérer. Les Norvégiennes ne les rattraperont pas. Score final : 26-24.


« Rendez-vous à Bercy »

Soulagées par cette victoire sur les championnes d’Europe en titre, elles s’envoleront le lendemain, direction Paris. Dans deux jours, elles affronteront la Roumanie dans le Palais omnisports de Paris-Bercy et ses 15 000 spectateurs. Mais ce soir, les Françaises profitent de leurs derniers instants au milieu des Arènes, lieu saint du hand féminin hexagonal. Micro en main, Valérie Nicolas, élue joueuse du match grâce à ses dix-neuf arrêts, remercie le public : « Je vous donne rendez-vous à Bercy. On aura besoin de votre support ! » Puis la centaine de bénévoles, polos rouges, se présentent à leur tour sur le parquet. Salués par le président de la fédération internationale de handball, eux aussi s’imprègnent des vibrations de la salle, avant que le rideau des Mondiaux ne se referme définitivement sur Metz.


« Norge ! Norge ! »

IMG_2258Les tribunes se vident progressivement, les journalistes s’affairent, une famille norvégienne reste confortablement assise sur quatre sièges d’un des virages des Arènes. La mère parle français : « Nous sommes venus voir tous les matches de la Norvège et profitons de ces quelques jours passés en France pour découvrir le pays ». Leurs jeunes enfants, une fille et un garçon, les cheveux blonds, le ballon bleu blanc rouge officiel de la compétition entre leurs mains, scandent encore « Norge ! (Norvège !) Norge ! » Tout comme les supporters du Grand Nord restés eux aussi à leur place. Même déçus, leur bonne humeur transparaît. Pas de heurts, ni d’insultes avec les fans français. On en est tellement loin…


Nota Bene
IMG_2247La France s’est inclinée en quart de finale face à la Roumanie 34 à 31 après deux prolongations. Elle a terminé à la cinquième place du Mondial après des victoires contre la Hongrie puis la Corée du Sud dans les matches de classement.
La Norvège est devenue dimanche 16 décembre vice-championne du monde après s’être inclinée 28 à 24 face à la Russie en finale à Bercy.


Posté par baptistebarbe à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Bleues, gladiatrices des Arènes

Nouveau commentaire